Des engagements pour la Jeunesse: où en est-on?

le 08/11/2018

...

Dans le cadre de son programme Yonnu Yokkuté, le Président de la République avait pris des engagements pour répondre aux préoccupations de la jeunesse sénégalaise. A ce titre, il avait misé essentiellement sur six mesures clé à savoir :
- Dispositif de création de 500.000 emplois sur 7 ans par la mise en place d’un programme d’appui au montage de projets et d’accompagnement des Jeunes entrepreneurs à travers le Fonds de Garantie et d’Investissements Prioritaires (FONGIP) : en moyenne 30.000 projets seront concernés chaque année ;
- Réforme des contenus des programmes scolaires et universitaires ainsi que la professionnalisation des parcours scolaires à partir du collège ;
- Institutionnalisation de l’enseignement coranique avec un appui institutionnel, la formation des maîtres coraniques, la modernisation des contenus, l’introduction de la formation professionnelle, scientifique et technique et la mise en place d’un système d’équivalence avec le cursus classique ;
- Création de Lycées Sport/Etudes accueillant les jeunes talents de toutes les régions du Sénégal issus des principaux sports ;
- Construction d’une arène nationale de lutte et de complexes modernes omnisports dans chaque région ;
- Mise en place d’un système de financement du sport dans le cadre de la taxe pour service universel ;
A l’état actuel de nos informations, une seule de ces différentes mesures clé a été réalisée en partie (Construction d’une arène nationale de lutte …). Excepté le complexe « Dakar Arena » Inauguré en Août, les complexes omnisports dans les régions ne sont pas encore réalisés. Le Sénégal est ainsi doté que de stades très peu élégants, parfois même dangereux (ex. Stade Demba Diop), comparativement aux infrastructures sportives que l’on voit dans d’autres pays Africain (Afrique du Sud, Maroc, Egypte…). Il sera louable que notre pays puisse se doter d’infrastructures sportives modernes.
Qu’en est-il des autres MESURES CLES aussi très importantes pour la jeunesse ?
En effet, le dispositif de 500 000 emplois sur 7ans pour la jeunesse aurait certainement réduit cette masse importante de jeunes dépourvu de revenus vivant encore sous la protection des familles qui ont beaucoup investi dans leurs formations et études.
La jeunesse sénégalaise ne manque pas de créativité au regard de toutes les idées et projets qu’elle tente de mettre sur pied avec très peu de moyens. Mais sans l’accompagnement des pouvoirs publics qui ont la latitude de créer un cadre propice au développement de chaque citoyen dans ses capacités intellectuelles et physiques, le financement des micros-projets ne donnera pas le résultat escompté.
Un proverbe bien de chez nous dit « qu’il vaut mieux m’apprendre à pêcher que de m’offrir du poisson ». Autrement dit, ne serait-il pas plus productif pour ce pays d’offrir un cadre propice à l’auto-emploi que de financer des petits projets qui ne survivent longtemps (je fais référence aux financements de la DER) ?
De même, la création des lycées sportifs n’aurait-elle pas vocation à former et révéler des jeunes talents ?
Ces lycées ne pourraient-ils pas être un lieu de professionnalisation de ces jeunes dans les diverses disciplines sportives et leur éviter, par la même occasion un parcours hasardeuse dans nos universités déjà bondées ?
Toutes ces mesures clé n’ont pas encore été réalisées malgré les grands chantiers qui sont souvent cités en exemple par l’entourage du Président Sall. En plus, le Président actuel est à moins de six mois de la fin de son mandat, qu’en serait-il si les Sénégalais ne renouvellent pas leur confiance au Président Sall ?
Pourtant, le Sénégal gagnerait beaucoup à investir davantage sur sa jeunesse avide de trouver un moyen licite de gagner sa vie.


 Ministres

 Actualités

 L'œil du citoyen

Les origines de l’hécatombe aux examens 2017

On nous a toujours appris que la connaissance s'acquiert suivant un processus de cumul de notions, de concepts divers que nous cherchons à capitaliser et mettre en pratique dans notre existence sous deux  formes de savoir : Le savoir être et le savoir faire. Le savoir …

le 21/08/2017

Les enfants de la rue

Dans une précédente contribution postée ici et non encore publiée, j'avais saisi l'occasion du débat soulevé par la décision du gouvernement de retirer les enfants de la rue, pour en parler, mais surtout de ce qu'il est convenu …

le 03/08/2016, 1 commentaire

Les enfants de la rue

J'ai beaucoup hésité avant de me décider à écrire cette contribution. Et cela pour beaucoup de raisons. Je n'en parlerai pas pour ne pas être trop long.  Le sujet ici me tient particulièrement à coeur et c'est ce qui …

le 29/07/2016
Liens utiles

Notre partenaire